fbpx

Newsletter

Inscrivez-vous et accédez aux offres exclusives NowGeneva

Tiffany & Co, quand le luxe se met au service de la nature

Joaillerie - Horlogerie

Crédit photo @chris colls

La célèbre maison de joaillerie ajoute de nouvelles pièces à sa collection Tiffany Save the Wild, l’occasion pour nous d’évoquer son extraordinaire parcours.

Par Laëtitia Cadiou / Rédactrice en chef NOW Geneva

Les diamants sont les meilleurs amis de la femme

C’est ce que Marilyn Monroe chantait en 1953 dans le film Les hommes préfèrent les blondes, citant ainsi Tiffany avec volupté. La chicissime Audrey Hepburn portait aussi le fameux diamant jaune de 128 carats avec un naturel déconcertant dans le film Breakfast at Tiffany’s, une autre référence toujours présente dans la mémoire collective. On l’aura compris, cette maison de joaillerie américaine est devenue mythique. C’est en 1837, à New York, qu’elle verra le jour avec son fondateur Charles L. Tiffany, surnommé le roi des diamants par le New York Times. Un style unique et une notion de beauté et d’élégance qui vont permettre à Tiffany de se faire rapidement une clientèle de nantis et de se forger une solide réputation de créateur de génie bien au-delà des frontières américaines.

La rareté des pierres

Le fondateur avait un amour éperdu pour les pierres et en a découvert quelques-unes, qui deviendront sa marque de fabrique. On citera la pierre kunzite de couleur lilas, présentée en 1902 et nommée d’après le célèbre gemmologiste Georges Kunz. Puis la morganite rosée baptisée ainsi d’après l’un de leurs clients les plus fidèles, le banquier J.P Morgan. En 1967, Tiffany présente la tanzanite bleue appelée ainsi, car elle fût découverte en Tanzanie. En 1974, c’est la tsavorite qui est d’un vert éclatant et originaire du parc national de Tsavo au Kenya, d’où elle tire son nom. Les pierres précieuses participeront à la renommée de cette maison, mais pas seulement; le souci du détail affûté fera également entrer la marque dans l’histoire.

L’écrin bleu

Charles L.Tiffany n’était pas uniquement le roi des diamants, mais également celui du marketing. Bien entendu le marketing n’existait pas encore en 1902, ou tout du moins pas sous cette forme. En revanche, se démarquer face à la concurrence en apportant un service personnalisé et la touche d’excellence de la maison Tiffany s’avèrera payante. Son fondateur considérait que tout devait être parfait du choix de la pierre, au design unique, en passant par l’emballage. L’écrin bleu turquoise naissait et allait devenir l’objet de toutes les convoitises.

Perfection oblige

Aujourd’hui, la maison Tiffany continue de faire perdurer cette excellence et cela même au-delà de la joaillerie. Le luxe ne devrait-il pas avoir une image irréprochable? C’est ce que Tiffany s’est employée à avoir depuis des années avec The Tiffany & Co. Foundation, lancée en 2000. Plus de 6 millions de dollars sont reversés chaque année afin de financer des projets philanthropiques liés à l’environnement. Des projets bien entendu liés à l’Afrique, où la marque éponyme se procure ses diamants et quelques-unes de ses plus belles pierres. Il était en conséquence logique qu’elle soit bienveillante avec ce continent.

Tiffany Save The Wild

Dans la continuité de l’engagement de la fondation, la collection Tiffany Save The Wild, une collection de bijoux en forme d’animaux a été lancée en 2017, son but étant de soutenir l’organisation Wildlife Conservation Network. De nouvelles pièces viennent compléter la collection tels que des lions, des rhinocéros en plus des éléphants, avec d’ailleurs une édition spéciale d’une broche éléphant sertie de diamants. Ces pièces seront disponibles en exclusivité aux Galeries Lafayette Haussmann à l’occasion de l’initiative éco responsable “Go For Good” du magasin en septembre 2018, puis seront ensuite en vente dans toutes les boutiques Tiffany à partir d’octobre 2018.

Pour toute information vous pouvez visiter le site de Tiffany

#TiffanySavetheWild #KnotOnMyPlanet #TiffanySustainability @Tiffanyandco