Newsletter

Inscrivez-vous et accédez aux offres exclusives NowGeneva

Fanny Smith – On va tous devenir fan de skicross !

Portrait

Ses nombreuses médailles d’or aux championnats du monde et d’autres podiums gagnés depuis l’âge de 16 ans n’ont eu de cesse de la stimuler, mais c’est en février dernier, à 25 ans, qu’elle décroche sa première médaille olympique aux Jeux de PyeongChang.

Par Laëtitia Cadiou / Rédaction NOW Geneva
Photos Denis Jouglet / NOW Geneva 
Mise en beauté / Secret Box by Sylvanna K

Sincères remerciements au Musée Olympique de Lausanne pour nous avoir permis de photographier Fanny Smith avec la tenue qu’elle portait lors de sa victoire aux Jeux Olympiques. Nous aurons l’occasion de découvrir sa tenue cet automne au sein même du musée.

Célébration d’une championne

Devenir fan prend tout son sens lorsque l’on rencontre Fanny Smith : un immense sourire et toujours un mot gentil pour vous réconforter, et pourtant elle pourrait avoir la « grosse tête » car elle détient un palmarès à donner le vertige. La première rencontre avec Fanny a été lors de la fête donnée en son honneur par toute une région, celle des villages de Villars-sur-Ollon et de Gryon dont elle est originaire. Tout le village, qui a vu Fanny gravir les échelons, est au rendez-vous; même la fanfare de Gryon à tenu à saluer sa victoire.

Il faut dire que Villars est une ruche à champions : Henri Ruchet en 1933 avec ses 87 m bat le record du monde de saut à ski, malheureusement le saut ne sera pas homologué. Fernande Bochatay lors des Jeux Olympiques de Grenoble en 1968 va gagner la médaille de bronze en slalom géant, 7 podiums et 3 championnats du monde. La célèbre famille Dätwyler avec Michel et ses deux podiums en coupe du monde, Jean Daniel avec le bronze en descente lui aussi aux JO de 1968. La fille, Céline, sera championne du monde junior deux années consécutives en 1991 et en 1992. Quant à sa cousine Annick Bonzon, c’est en carving qu’elle sera championne du monde en 2001. Charlotte Chable quant à elle aura fait vibrer Villars en gagnant de nombreux podium FIS.

Aujourd’hui, c’est de Fanny dont tout le village est fier et c’est elle qu’ils soutiennent avec ferveur. Elle se dit très touchée par les encouragements de Villars et des siens et c’était une évidence pour elle de pouvoir partager sa victoire avec eux.

creditphoto@Gepa

Un parcours rempli de victoires mais pas seulement

Revenir sur le parcours d’un sportif est indispensable pour en comprendre ses victoires. Pour cela Fanny Smith s’est volontiers prêtée au jeu des questions – réponses.

NOW Geneva : Comment gagner confiance en soi ?

Fanny Smith : Ma famille me donne confiance jour après jour : elle sait me guider et me soutenir au quotidien.

NOW Geneva : Le soutien de la famille est donc crucial dans votre carrière sportive. Parlez-nous de la relation familiale en lien avec votre parcours.

Fanny Smith  : Nos parents ont toujours eux confiance en nous et ils nous ont très vite responsabilisés. Ils nous ont appris à nous débrouiller, à trouver les solutions en nous. Ils nous ont habitués à une certaine indépendance, et nous avons toujours pu choisir notre voie mais à la condition de « le faire à fond ».

Dès mes 15 ans, mon père travaillait jour et nuit, le jour pour son travail et la nuit pour me trouver une structure et le soutien pour que je puisse faire du skicross. Pour finir nous l’avons créée grâce à des mécènes. Puis quand mes premiers résultats sont tombés, nous sommes allés voir des sponsors. Mes parents m’ont toujours laissé gérer ma carrière comme je le voulais.

NOW Geneva : Aviez-vous rêvé d’un autre destin ? Ou au contraire vous avez toujours été persuadée que le sport serait votre destinée?

Fanny Smith : Cela n’a pas toujours été une évidence. Quand j’avais 14 ans, je n’aurais jamais pensé devenir sportive de haut niveau. Mais j’ai toujours su que je ferais quelque chose d’actif et en plein air.

NOW Geneva: Quels sont les petits bonheurs d’une sportive de haut niveau et les contraintes?

Fanny Smith : Les voyages, la culture, partager des moments entre amis et les rencontres me procurent beaucoup de satisfaction.

En ce qui concerne les contraintes, je n’aime pas trop utiliser ce terme. Il y a bien sûr des jours que vous trouvez plus contraignants que d’autres, cela va dépendre de l’humeur ou de l’énergie comme dans tout autre métier.

NOW Geneva : Quelle est selon vous le plus grand luxe dans une vie?

Fanny Smith : De pouvoir faire ce que l’on aime.

NOW Geneva : Vous parlez aisément de votre dyslexie, mais sans cet handicap vous n’auriez peut-être pas eu cette rage de vaincre?

Fanny Smith : C’est une question sans réponse… Je pense que nos gènes et l’éducation sont grandement responsables de qui on devient.

NOW Geneva : A quoi ressemble une journée type pour une sportive de haut niveau comme vous ?

Fanny Smith : Je commence par 2 heures d’entraînement le matin (spécifique pour le renforcement des jambes). Puis je rentre, je prépare mon déjeuner, je mange et je fais une sieste si j’ai le temps. Sinon, je fais un peu d’admin avant mon deuxième entraînement qui dure environ 1h30 (spécifique pour le haut du corps, l’explosivité et le mental).

NOW Geneva : Gagner une médaille aux JO est déjà un grand exploit, mais avez-vous d’autres souhaits?

Fanny Smith : Ma philosophie de vie est assez simple. Je suis heureuse car je vis la vie que j’ai choisie et que j’aime. Alors pour ce qui est de mon sport, j’espère simplement pouvoir rester en bonne santé et ainsi continuer sans cesse à m’améliorer en repoussant mes limites. Au-delà du sport, j’espère simplement pouvoir continuer à faire des choses que j’aime avec toute la passion qui m’anime.

NOW Geneva : Quel sera votre prochain grand rendez-vous sportif?

Fanny Smith : Les championnats du monde à Solitude aux Etats-Unis l’hiver prochain.

NOW Geneva : Que pouvons-nous vous souhaiter pour l’avenir?

Fanny Smith : La santé.

NOW Geneva : Les sponsors sont très importants pour améliorer le quotidien d’un sportif, quel genre de relations entretenez-vous avec les vôtres ?

Fanny Smith : J’ai la chance d’avoir plusieurs sponsors qui soutiennent ma carrière sportive depuis de nombreuses années. Il a toujours été vraiment important pour moi de construire des relations fortes sur la durée. Désormais, j’ai 26 ans et je sens qu’il n’y plus seulement l’athlète qui s’exprime mais aussi la femme. Il y a peut-être là des opportunités pour nouer de nouveaux partenariats. La mode, l’horlogerie, les cosmétiques sont par exemple des domaines que j’apprécie particulièrement.

Toute l’équipe de NOW Geneva vous encourage et vous souhaite encore de nombreuses victoires.